Transat

Départ de Mindelo le mardi 21 novembre. Un peu de vent au début, mais ça ne dure pas, avec des journées à moins de 60 milles, du vent d'est très sud au 110, une mer d'huile. Belle traversée, au ralenti ! Beau temps, des nuits un peu fraiches quand la température chute vers les 26°, mais du soleil le jour, ça tape jusque vers les 32°, crème et protections de rigueur. L'Atlantique est plein de monde, tirant des bords de grand largue, un coup vers le nord, un coup vers le sud et en plein milieu de nul part on croise des copains granvillais. Le vent revient les 2 derniers jours, avec enfin un peu de nord dans l'est (au 70 / 80°), avec des grains 30 à 35 n, de la pluie (pas longtemps, mais bien venue pour rincer les voiles, la première depuis le golfe de Gascogne !), et enfin des journées à 150 milles, le speedo qui monte à plus de 7 nœuds, les batteries qui se rechargent, l'équipage qui se prend à rêver à son avion de retour. Le vent faible permet de pécher ; 2 dorades (dont une de 85 cm) et 2 thazards, sauf sur la fin à cause des sargasses. L'arrivée au Marin le samedi 9 décembre à 13 h 30 permet à l'équipage d'attraper son avion à 18 h 30, c'était chaud. 18 jours tout rond depuis le Cap Vert, ça ne fait que 5,25 n de moyenne, la traversée la plus lente depuis le départ de Courseulles. La marina est parait-il complète, et après 2 jours au ponton il faut partir, rester une semaine pose problème, 3 semaines est hors de question ... D'autres n'ont même pas pu avoir une place ! Et pourtant il y a des vides le long des pontons, et mon voisin de ponton vient de tout ranger pour partir longtemps ... Départ demain matin lundi 11 vers la Guadeloupe.

This article is my 63rd oldest. It is 323 words long